Les candidats au Baccalauréat, session 2018, pourront, à partir de ce dimanche, retirer leur convocation via le site électronique de l'Office national des examens et concours (www.bac.onec.dz) qui,malheureusement n'est pas accessible et apparemment saturé.

Jamais la ville de Ain Oulmène,ville des jardins et des fontaines  n’a atteint un tel niveau de clochardisation et de dégradation du cadre de vie qui ne cesse de s’amplifier de jour en jour aux yeux de tous.

Le jardin public du centre de la ville, le petit boulodrome et ses annexes, le cybercafé transformé en jardin d’enfants en face de la poste et l’espace de verdure à l’Ouest de la ville au pied de la cité Beira tous abandonnés et se retrouvent dans un état lamentable.

Un centre-ville complètement défiguré

Le vieux village méconnaissable, ou du moins ce qu’il en reste a été complètement dénaturé alors que beaucoup d’édifices auraient dû être préservés, restaurés tels que l’église, la remonte, la prison, et le siège de la gendarmerie.

Ce qui reste, l’ancien siège de la mairie construit en 1933 et ses annexes notamment le parc de la commune et l’ex siège de la justice sont guettés par les promoteurs de logements, ces vautours assoiffés de béton et d’argent.

Ces édifices de l’ère coloniale française, les derniers sont désormais dans le couloir de la mort.

Une démission totale des élus et l’incompétence de l’administration

Une sorte de fatalité s’est abattue depuis des dernières décennies ressentie à tous les niveaux de gestion, planification en l’absence de décisions rationnelles du chef lieu de wilaya de Sétif , de la Daira et surtout de la commune.

La ville s’est agrandie et devenue un bidonville 2.0

Ain Oulmène s’est s’agrandie anarchiquement, une ville complètement ratée dans son urbanisme et son développement, tous les villages et toutes les villes du pays se ressemblent où le développement apporté « par à coups » au détriment du respect des normes d’une ville moderne.

Aujourd’hui La ville de Ain Oulmène n’est  qu’un espace où le l’incivisme et l’anarchie se côtoient quotidiennement dans une  ambiance d’insécurité assiégée par des « cités dortoirs ».

L’ex siège de la justice, le jardin public du centre-ville et le boulodrome et ses annexes abandonnés constituent de véritables repaires pour les sans-abris, les délinquants, les dealers et les chiens errants faisant très tard le soir leur refuge.

Un plan Marshall local lors du prochain mandat des élus ???

Les « futurs élus » devraient réfléchir pour mettre en œuvre un plan de réhabilitation générale de la ville ,une sorte de plan Marshall , pour redonner un nouveau look à cette ville en respectant l’originalité d’autan, une telle esquisse fera certainement « rêver »  et donner de l’espoir aux habitants.

Tags

 

0 Comments

You can be the first one to leave a comment.

Leave a Comment

 




 

Trackbacks

 
 








Lire les articles précédents :
Le prix de la pomme de terre déstockée et cédée à 85 DA le kilogramme sur les étals du marché d’El Gasriya (Ain Oulmène)

Les prix des  fruits légumes continuent de flamber et battent des records sans précédent en cette fin d’automne au grand...

Fermer