Banques d’Algérie : Le Crédit Populaire d’Algérie de la ville de Ain-Oulmène méprise sa clientèle

Malgré la dernière instruction en date de décembre 2012 du Premier ministre Abdelmalek Sellal relative à l’allègement et la facilitation d’ouverture de comptes bancaires et de l’octroi de crédits bancaires, certaines banques notamment et le crédit populaire d’Algérie (CPA) continuent à imposer encore leur diktat.

Pas loin de cet après-midi, je me suis présenté à l’agence du crédit populaire sise au centre de la ville de Ain-Oulmène , pour l’ouverture d’une compte de devises, j’étais surpris lorsque directeur de cette agence m’appris qu’il faut absolument ouvrir en parallèle un autre compte en dinars algériens dont le montant minium de 20.000,DA.

En 2014 encore, on continue à appliquer la « fameuse vente concomitante » comme dans les années 80 où l’on propose dans les Souks E-Fellah un kilogramme de beurre avec  une pelle, une pioche ou une brouette.

Les responsables de ces banques, apparemment sont insensibles à ce qui se passe dans le monde,ailleurs, le client est roi, chez nous « il supplie » le banquier pour avoir un prêt ou pour ouvrir un compte devises.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :