• Qui étaient les premiers martyrs de Ain-Oulmène Colbert ???

Chacun de nous,doit apporter sa modeste contribution pour compléter la liste des Chouhadas

et écrire les évènements importants de l’histoire de la guerre à Ain-Oulmène Ex Colbert.

  • Premiers Martyrs de Colbert tombés au champ d’honneur entre 1954-1962

J’estime que toutes les Chahidates et Chahids méritent non seulement des témoignages,

un hommage,une pensée mais aussi toute une biographie pour immortaliser leur combat

et leur parcours qui restera à jamais un repère pour nos enfants,nos petits enfants

et toutes les générations futures.

Ce sont des hommes qui ont fait preuve de courage et personne ne doit les oublier !!!

  • Le Martyr & Héros Abdelhamid Douhil fût dit-on parmi les premiers à quitter les bancs

du lycée et rejoindre le maquis.

  •  Quelques notes…

A la suite de la manifestation du 8 mai 45, Chérif DOUHIL a été arrêté et emprisonné d’abord

à la caserne militaire de Sétif, puis transféré à la prison de Constantine pour être jugé

et condamné à Mort par le Tribunal Militaire de Constantine,

Après plusieurs mois de prison à Constantine, il a été gracié et libéré grâce (à Dieu !) et à l’intervention de ses beaux parents

  •  Le 03 Mars 1960 à Ain Oulmène Ex Colbert,

Représailles de l’armée coloniale française

Ne pouvant pas atteindre le Chahid Héros Abdelhamid Douhil,

Le 3 Mars 1960,

En représailles, Amor Douhil âgé de 14 ans est mitraillé arbitrairement par un soldat de l’armée française pour avoir commis le crime d’être le frère du Moudjahid Abdelhamid Douhil qui se trouvait à l’époque dans le maquis.

Il était assis sur une grosse pierre « romaine » avec ses amis Saïd Barame (15 ans), Rachid Amiri (15 ans) et

Amar Djerboua dit « Magic »(20ans) devant la forge de Mr Lucien Fortou ; lorsque le lâche soldat(Sentinelle de garde à l’entrée de Ain Oulmène ex Colbert) vient provoquer Amor Douhil par des insultes et des intimidations.

Voyant que Amor Douhil ne réagissant pas à ses vils propos en l’ignorant totalement, il est fou de rage :

Chargeant sa mitraillette, il vide son chargeur de six balles à bout portant dans le corps de Amor Douhil sans défense :

quatre balles transpercent grièvement ses deux cuisses, la 5ème  balle le touche au bras, la 6ème  balle atteint le cœur

de son copain d’enfance le Chahid Saïd Barame qui était assis à côté de lui, et qui décédera sur le coup.

Amor Douhil  et Saïd Barame sont allongés sur le sol et  nagent dans une mare de sang…

Le Chahid Saïd Barame est remis à ses parents qui l’enterreront le lendemain.

Amor Douhil est ensuite évacué en urgence sur l’hôpital de Sétif, Il échappera  à la mort et sera sauvé de justesse

(Grâce à Dieu).

Rachid Amiri et Djerboua Amar dit « Magic » sont sains et saufs.

  •  Le mot de la fin:Impunité

Pour avoir tiré sur des enfants innocents et sans défense et assassiné froidement Saïd Barame

et blessé grièvement Amor Douhil le lâche soldat criminel a été arrêté par l’armée coloniale et

ensuite « jugé »et « condamné » à quatre ans de prison,

il n’en fera que  Deux ans et sortira libre…

Actes inédits de bravoure à Colbert

  • Une grenade aurait été jetée par Ahmed Houibi « Hebibi » par la fenêtre Sud au Café-bar de Santo de Colbert entre 1960-1961,le soir d’une nuit très glaciale et très sombre .

Cette grenade aurait fait beaucoup de bruit et avait causé beaucoup de dégâts dit-on,sachant que ce bar est très fréquenté  par les militaires français.

Ahmed Houibi « Hebibi » très convaincu de la cause nationale et voulait à tout prix rejoindre le maquis et mort au champ d’honneur.

D’autres sources indiquent que cette grenade aurait été jetée à l’arrière salle de la boulangerie de Santo et aurait blessé un militaire au bras qui jouait à la belote avec ses copains.

  • Une autre grenade a été jetée par Mohamed Menani à l’intérieur par la fenêtre de la maison de Galia le jour du Jeudi en 1957 et n’aurait causé aucun dégât.
  • Une autre grenade a été jetée également sur la camionnette DODGE appartenant à A. Khencheli,qui faisait de la propagande au profit pour « l’Algérie française » le Jeudi du Souk devant la café de Ahmed Benyoucef  et aurait blessé A.Khencheli et plusieurs passants.
  • Belaliet Laifa,Belaliet Abderrahmene,Amar Yazid,Belguebli Abderramene ont été arrêtés et accusés dit-on 1959-1960 d’avoir incendié volontairement les meules de foin du colon Fontaine « Latreche »sises à la sortie Est de Colbert où sont situés actuellement les hangars de la commune de Ain-Oulmène. 

Liste des Chouhadas

Guemazi Mohamed,premier Chahid 1956

Abdelhamid Douhil

Boussahel Mohamed,nom de guerre Bellabaoui

Ahmed Benyoucef 

Kanouni Athmane,nom de guerre Si Ahmed torturé,ligoté par les pieds,tiré et traîné par une Jeep du « 2ème bureau » de Guerin

puis pendu à un micocoulier devant la pissotière publique au centre du village pour terroriser tous les « habitants musulmans »de Colbert ex Ain-Oulmène.

Hafnaoui Djellaoudji,Alias El-Ketfi,torturé à mort

Sahraoui Noui Ben Lamri

Kanouni Lakhdar

Barham « Said Barame »

11 Chahids de la famille Kanouni,

Guendouz

Menani Mohamed

Menani M’barek

Hebibi « Houibi Ahmed

Houibi »Hebibi » Moussa

Guemazi Khemissi,torturé à mort

Hamdi-chérif Abdallah,torturé à mort en prison

Zebbiche Saâd Fils de Bentouhami

Benmaameche Layachi,emprisonné puis torturé

Zebbiche Bachagha

Kara Bachir

Maâmache El Hadj,torturé puis fusillé et jeté dans une fosse commune dans le camp

de Ain Oulmène ex Colbert

Zebbiche Hamlaoui Fils de Bentouhami

Pages: 1 2

 
 
 








Lire les articles précédents :
Flash Infos

Vendredi 30 novembre 2018 En Algérie, dans le gisement préhistorique de Aïn El Ahnech (Nord), des archéologues ont découvert des...

Fermer