Education : Les différentes réformes engagées depuis les années 1970 n’ont fait qu’accentuer sa régression

Education : Un secteur stratégique

Le système éducatif algérien souffre de mille maux. Les différentes réformes engagées depuis les années 1970 n’ont fait qu’accentuer sa régression. Outre le faible niveau des élèves, la violence a également investi les lieux de savoir.

Sans un système éducatif performant et compétitif, sachez que l’Algérie sera toujours à la traîne et parmi les pays du tiers-monde à jamais. Le classement de l’école algérienne au niveau mondial laisse à désirer et pour tous les patriotes de ce pays c’est une honte et une hantise quotidienne. Regardons ce qui se passe en Corée du Sud et en Afrique du Sud pour ne citer que ces deux pays «émergents». Je ne citerai pas la Finlande et la Suisse, car c’est trop exagéré !

Ayez le courage de toucher au système éducatif et la société algérienne ne se portera que mieux et bien. Tous les pays développés le sont par le savoir et rien que le savoir ! Notre système éducatif est dépassé pour ne pas dire sinistré. Après l’indépendance, les universitaires algériens sont recherchés par les grandes universités mondiales pour leurs compétences et leurs intelligences.

Au baccalauréat de 1965, vingt candidats ont eu un 20 sur 20 et l’Académie française s’est réunie en urgence pour étudier et analyser ce phénomène ! Que nous reste-il aujourd’hui ? Nos yeux pour pleurer. Des Algériens étaient majors de promotion dans les grandes universités mondiales de mathématiques et de physique.

Aujourd’hui, nous produisons des analphabètes trilingues dépourvus de raisonnement et de simples notions de base de la logique. Est-il acceptable qu’aujourd’hui on supprime la leçon de «logique» dans le système éducatif algérien ? Peut-on concevoir l’enseignement des mathématiques sans le cours de la logique ? L’auteur de ce crime doit être sanctionné et sans appel. Il doit répondre de l’abrutissement de toute une génération. Cette «génération normale» qui vous répond normalement même si sa réponse est illogique.

Basta à l’impunité !

Cet abrutissement et ce bourrage de crâne ont généré une violence et une médiocrité dans la société algérienne que personne ne pourra corriger. Ils ont engendré avec la permissivité des pouvoirs publics des droits non mérités. La science et la technologie s’acquièrent avec des langues de la technologie, mais pas avec la langue de bois. Les enfants des pays du golfe maîtrisent l’anglais sans complexe aucun, alors que chez nous on continue toujours à parler de la langue du colonisateur !

A la fin de leur cursus scolaire du primaire, nos élèves ne savent ni lire, ni écrire, encore moins compter et des fois ils ne savent même pas écrire leur nom ni reproduire ce qu’on leur écrit au tableau ! Kateb Yacine disait de la langue française que c’est un butin de guerre et il a eu raison, mais certains ne voient dans le butin de guerre que les femmes ! Une différence de culture, bien sûr. L’affaire de Tiguentourine nous a ouvert les yeux sur notre capacité à exploiter nos richesses naturelles : il y avait dans cette base plus de trente nationalités.

Dans les années soixante-dix, les instituts de Boumerdès (IAP, INH…) étaient des modèles pour la formation en hydrocarbures et que sont-ils devenus aujourd’hui ? Que forment nos universités ? Dans un futur très proche, l’Algérie aura à exploiter le gaz de schiste, mais avec quelle technologie et avec quels cadres et compétences. Algériennes ou étrangères ? A méditer. Je sais que personne ne se soucie parmi nos valeureux dirigeants et aussi c’est un crime. Aujourd’hui, l’école algérienne produit des analphabètes car les programmes sont surchargés et manquent de cohérence.

Les rythmes scolaires sont à revoir vu l’immensité de notre territoire : en été au Sud et à partir de 10 heures du matin on ne peut pas mettre un lézard dehors et en hiver il fait bon y vivre. Au lieu de voir une bénédiction dans l’immensité de notre pays, nous avons fait une malédiction et au lieu de la voir comme richesse elle est devenue pour nous un problème : que Dieu nous aide ! Regardons le classement de ces pays émergents sur la scène internationale et découvrez le classement du Qatar et des Emirats dans la gestion des ports commerciaux.

Avec quelle langue le font-ils ?  Ils se moquent de nous : des pays qui, dans un passé récent, n’étaient que des groupes d’oasis et de bédouins et que sont-ils devenus aujourd’hui ? Quel est notre classement, alors que les ports d’Algérie étaient bien classés dans les années soixante-dix ? Nous sommes devenus la risée du monde sans lever le petit doigt. Pourquoi l’Algérien est-il un génie à l’étranger et un abruti chez lui. Nous devons libérer le génie algérien au sens propre du terme. Le seul critère de recrutement et d’accès aux responsabilités doit être la compétence et non le népotisme et le fils et fille de…

Arrêtons le massacre !

La physionomie de la majorité de nos établissements scolaires est agressive et ne pousse guère nos enfants à s’empresser de rejoindre leurs écoles : manque d’espaces verts, de préaux, de foyers pour les élèves, de lieux de loisirs, etc. L’environnement extérieur est sale : drogue, présence de voyous aux abords des établissements sans que personne n’intervienne. Il y a absence délibérée de l’Etat et on se plaint de la violence en milieu scolaire !

La violence est partout dans notre pays, car l’école n’éduque plus comme les premières années de notre indépendance. La violence se pratique dans les deux sens : enseignant vers l’élève et vice versa. Nos cantines scolaires sont des coupe-faim et la consistance des repas laisse à désirer, et dans ce domaine aussi le droit des élèves est détourné : la corruption et les détournements existent aussi dans le budget alloué aux cantines scolaires.

Le chauffage aussi défaillant, même dans les établissements urbains mitoyens les sièges de wilaya et des directions de l’éducation. Où va cet argent ?  C’est un crime que de détourner le droit des enfants innocents.  Nous avons vu que plus l’Etat cède devant les élèves, plus ils demandent des droits virtuels et immérités, à l’exemple du seuil au baccalauréat.

Trêve de populisme

Nous devons réformer le baccalauréat, le BEM et la cinquième et avec courage : il faut supprimer la deuxième session de la cinquième (il n’y a que 03,49% qui refont la deuxième session), les recalés au BEM doivent être orientés avec courage vers la formation professionnelle et ne pas faire du populisme en gardant des élèves en âge de se marier au collège ! Nous devons avoir une élite et ce n’est pas une honte de ne pas mettre les bons et les très mauvais élèves dans une même classe : ils les freinent.

Arrêtons le populisme.Nous sommes pour une école publique et de qualité pour tous, mais pour celui qui ne peut pas suivre et qui n’est pas fait pour les études il faut l’orienter vers la formation professionnelle : l’Algérie a tant besoin de plombiers, de carreleurs, de maçons, d’électriciens, de mécaniciens et autres. Nous devons retourner à l’ancien système de six années au primaire, de quatre années au collège : déjà que le niveau de notre école est très bas, on se permet de supprimer une année au primaire et de charger nos enfants.

Ayons le courage de spécialiser notre enseignement et de ne pas faire dans le populisme en s’attaquant aux contenus des programmes. Est-il acceptable d’enseigner à un enfant de huit ans comment laver un mort ou la torture de la tombe (Adhab el qabr) ou El qadha wa el
qadar ? Soyons moins hypocrites et plus courageux si nous voulons faire avancer ce pays et tirer notre école vers le haut. 65% de nos valeureux bacheliers pataugent en première année universitaire et triplent l’année ! Pourquoi ?

Parce que d’abord ils ne maîtrisent pas les langues étrangères (à l’examen du bac, on accorde pour certains la dispense en langue française) et il leur est difficile de comprendre l’énoncé du sujet, et secundo ils n’ont jamais terminé leurs programmes au lycée et par voie de conséquence leurs connaissances sont réduites ! A l’université de Tizi Ouzou-Bastos (et je ne citerai pas les autres universités) pour l’examen du module de mathématiques du premier semestre 2014, sur les 240 étudiants de la section de la première année, 69 étudiants ont eu un zéro, oui un zéro, et les autres ont eu entre zéro et sept. Il n’y a pas de quoi être fier !

A qui la faute ? Au seuil d’abord, puis aux pouvoirs publics qui les chouchoutent pour gagner la paix civile ! Mais pourquoi et malgré les grèves dans le cycle moyen on n’applique pas le seuil à l’examen du BEM ? Tout le monde se souvient de la triche collective et publique à l’examen de philosophie de l’année 2013 ! Cette génération se croit tout permis et sans faire d’effort. Quelle école voulons-nous
avoir ?

Quelle éducation voulons-nous donner à nos enfants et à notre peuple ? L’enseignement des mathématiques ne représente que 8% dans nos programmes et cherchez pourquoi le peuple algérien ne raisonne pas ! Dans les pays les plus développés, ils gardent toujours le système d’internat et chez nous en Algérie nous ne savons pas quel est ce génie qui l’a supprimé ? Il doit être promu ! On me répondra que c’était pour des raisons économiques, mais sachez aussi que l’Algérie a importé des véhicules pour la coquette somme de 700 millions de dollars en 2012 ! Et de quelle qualité s’il vous plaît !

Le savoir n’a plus d’importance chez nous et arrêtons de philosopher et de jubiler à chaque résultat du baccalauréat !  Pour classer les établissements scolaires selon le pourcentage obtenu au baccalauréat, il faut créer des indicateurs de référence. Comment peut-on nous expliquer que ce sont les établissements scolaires des zones déshéritées qui sont toujours mieux classés aux différents examens nationaux, alors que ceux des zones urbaines et à proximité des structures de l’Etat et avec des budgets plus importants soient toujours à la traîne ?

Nous le disons et nous persistons, c’est le monde de la belote. Arrêtons de couvrir le soleil avec un tamis, le tamis doit être utilisé pour trier le bon grain de l’ivraie. Continuons dans ce sillage et refusons de voir la réalité en face, et demain chacun fera endosser la responsabilité à l’autre et il n’y aura jamais de responsable de cette mascarade. L’impunité dans le monde de la belote.

(El Watan,23-08-2014 par Boualem Amoura)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :