Le festival du photojournalisme Visa pour l’image a couronné, samedi 8 septembre, une femme, une première depuis vingt ans. Véronique de Viguerie s’est distinguée pour sa couverture du conflit au Yémen, qui a fait plus de 10 000 morts.

Véronique de Viguerie revient tout juste de Perpignan (Pyrénées-Orientales) avec dans ses bagages le Visa d’Or, un prix prestigieux. Une fierté pour cette mère de deux enfants. Elle a démarré sa carrière en Afghanistan avec les talibans, puis elle a couvert le Nigeria, la Somalie et c’est pour reportage au Yémen qu’elle a été primée au festival Visa pour l’image samedi 8 septembre. Une guerre oubliée dans un pays interdit aux journalistes.

Cachée sous un voile intégral

Avec ce trophée, elle entre dans la cour des plus grands photographes de guerre. Pour poser son regard sur le Yémen, elle a pris des risques. Elle s’est déplacée cachée sous un voile intégral avec l’objectif de témoigner. Des images souvent terribles qu’elle garde en mémoire, des souvenirs aussi pas faciles à partager, mais ce dimanche, c’est différent, c’est un prix qu’elle fête avec ses proches.

(franceinfo)

 

1 Comment

  1. A M dit :

    Deux ans de guerre et de silence des peuples arabes et autres peuples…

    Donald Trump et ses consorts ont lancé des « opérations » visant à renforcer la puissance militaire de l’Arabie saoudite qui mène des bombardements sans précédent contre le Yémen qui veut être libre .
    Ces crimes de guerre commis depuis deux ans contre le Yémen qui ont fait déjà plus 10000 morts.
    Menés par les Etats unis d’Amérique avec une « coalition arabo-occidentale d’intérêt commun , « initiée » par l’Arabie Saoudite sous couvert de l’islam sunnite.

Leave a Comment

 




 

Trackbacks

 
 








Lire les articles précédents :
Flash Infos

Samedi 17 novembre 2018 Le secrétaire général du Front de libération nationale (FLN), Djamel Ould Abbès, a "déposé "ce mercredi 14...

Fermer