• sam. Oct 16th, 2021

Les Nouvelles de Ain Oulmène

S'informer & Découvrir

58e anniversaire de la journée nationale de l’étudiant:Aux origines de l’action du 19 mai 56

ByAM

Mai 18, 2014

Ghebalou  Hamimed (78 ans), un moudjahed  qui  rase  les  murs.Il  vit  aujourd’hui  avec  son  problème  de  santé, mais  demeure  imperturbable  face  à  nos  questions  lors  de  notre  rencontre  dans  un  banal  café de  la  wilaya  de  Tipasa. 

Son  engagement  dans  la cause  nationale a  commencé  depuis  le  début  des  années  50.  Après  avoir  consommé  son  verre  de  thé  chaud, notre  interlocuteur  cède  à  nos  provocations  et commence  à nous  raconter  son  témoignage  inédit  sur  les  origines  de  l’appel  de  la grève  des  étudiants  en date  du  19  mai  2956. Pour  notre  interlocuteur, cette  date  n’est  que  l’aboutissement  d’un  processus  de  la  Révolution  algérienne  qui  avait  été  déclenchée  aux  premières  minutes  du  1er  novembre  1954.

La  Révolution  algérienne  n’est  pas  née  de  nul  part  ou  du néant ;  mai  elle  avait  été  mises  en œuvre  depuis  que  les  forces  coloniales françaises  avaient  posé  leurs  pieds  sur  le territoire  algérien.  L’appel  à  la  grève  du  19  mai  1956  n’est  pas  le  fait  de  l’UGEMA. Celle-ci  avait  joué  un  rôle  parmi  tant  d’autres  organisations  nationales. Avant  la  naissance  de l’UGEMA, d’autres  organisations  de  la  jeunesse  algérienne  activaient  clandestinement.

Mais  combien  y-avaient-t-ils des étudiants en  Algérie  à  la  date  du  19  mai  1956 ? Or  le  nombre  des  lycéens  était  supérieur  à  celui  des  étudiants.  Avant  de  citer  l’UGEMA,  il  faut  d’abord  évoquer  l’A.J.E.M.C. (Association  de  la  Jeunesse  Estudiantine Musulmane  Constantinoise)  crée  en  1954  présidée  par  Abdellaoui  Ali  et  l’A.J.E.M.A (Association  de  la  Jeunesse  Estudiantine  Musulmane  Algéroise) crée  au  mois  de  décembre  1954  présidée  par  Amara  Rachid.  La  création  de  l’AJEMC  et  l’AJEMA  est  la  conclusion d’une  mûre  réflexion.

Bien avant le déclenchement de  la guerre  de  libération  nationale, des  structures  composées des militants  adolescents  dans  les  lycées  activaient  clandestinement. Concrètement ; au sein  de  la Medersa  d’Alger  existait  une  importante  organisation  secrète  qui  dépendait  du  PPA/MTLD. Dans  les  autres  lycées, des  organisations   similaires mais  de  moindre  importance  étaient  nées.  Le  moudjahed  Gaid  Tahar, frère  de  l’héroïne  Malika  Gaid  était  à  la  tête  de  l’organisation  dans  la  Medersa  d’Alger. Les  préparatifs  pour  une  grande  mobilisation  des  jeunes  lycéens  avait  alors  commencé.

D’ailleurs , c’est  à  travers  le  travail  engagé  par  cette  organisation  clandestine  au sein  de la  Medersa  d’Alger  que  l’idée de  la  création  de  l’AJEMC et l’AJEMA  avait  abouti  plus  tard. Amara  Rachid  était  un  jeune  lycéen  qui  militait  secrètement   avec  le  PPA/MTLD.  Il  avait  réussi  à  sensibiliser  des  lycéens.

Il  s’est  entouré  par  des  lycéens  militants  de  la cause  nationale.  Naturellement,  le poste  de 1er  Président  de  l’AJEMA  lui  est  revenu, ensuite  Saci  Boulefâa  succède  à  Amara  Rachid  dès  que  celui-ci  quitte  le  lycée. Par  conséquent, l’AJEMC  et  l’AJEMA   sont  les  ancêtres de  l’UGEMA.  Les  lycéens  algériens  bénéficiaient  de  l’encadrement  de  des  2  associations.  Amara  Rachid  faisait  des proches  collaborateurs  de  Abane  Ramdane  depuis  que  celui-ci  regagne  Alger  au 1er  trimestre  1955.

L’incontournable  Amara  Rachid  ne  se  contentait  pas  de  l’organisation  des  jeunes  algériens, mais  il  accomplissait  en  plus  des  missions  de  liaison  avec  les  maquis ;  avec  les  formations  politiques  qui  n’avaient  pas  encore  rejoint  les  rangs  du FLN ( UDMA ; Oulémas ; les  Français  libéraux ; ect…). Notre  interlocuteur  Ghebalou  Hamimed  insiste  sur  le  rôle  vital  de  Abane  Ramdane  dans  la  mobilisation  des  lycéens, des  étudiants  et  des  jeunes  autour  de  la  Révolution.

« C’est  la  tête  pensante  de  cet  engagement  de  la  jeunesse  algérienne  dans  le  processus  révolutionnaire » précise  le  moudjahed  Ghebalou  Hamimed.  D’ailleurs  Abane  Ramdane  avec  la  collaboration de  Amara  Rachid  voulait  donner  à  la  Révolution  algérienne  une  dimension   qui  lui  manquait  terriblement.  Il  s’agit  de  l’engagement  des  lycéens,   des  étudiants  et  des  intellectuels  algériens  autour  de la  cause  nationale. Pour « l’architecte » Abane  Ramdane,  l’idée d’engager  cette  frange  du peuple  algérien  servira  à  démentir  la  propagande  de  la  France  coloniale  à  l’échelle  internationale  et  au  sein  des  institutions  internationales, en  faisant  croire  à  son  opinion  nationale  et  l’opinion  internationale, que  la  crise  qui  secoue  l’Algérie  est  une  affaire  de  bandits  et  de  voyous  qui  veulent  briser  la  sérénité  et  le  calme  qui règnent   dans  ce  pays.

La  France  coloniale  avait  mis  l’accent  sur  l’acceptation  de  la  présence  française  par  le  peuple  algérien.  Soucieux  de  contredire  cette  information propagée  par  la France  coloniale, Abane  Ramdane  s’attelait  à  trouver  la  meilleure  idée  pour  mener  la  guerre  contre cette  propagande. Une  opération  de  mobilisation  regroupant  des  lycéens  et  des  étudiants  algériens  y  compris  les  jeunes  algériens  d’origine  européenne  s’avère  idoine  à  cette  situation. Les  medersiens  d’Alger  organisés  de  surcroit  continuaient  à  activer  sous  la  bannière  du  PPA/MTLD  depuis  le  début  des  années  50,  bien  avant  le  déclenchement  de  la guerre  de  libération.

Au  sein  de  la  Medersa  d’Alger  existaient  selon  un  système  de  cloisonnement  05  cellules  qui  regroupaient  les  21 lycéens  algériens.  Chaque  cellule  se  composait  d’un  effectif  allant  de  3  à  5  lycéens.  Gaid  Tahar,  le  moudjahid  et  membre  fondateur  de l’UGTA  était  chargé  de  la  coordination  des  cellules  de  lycéens  de  la  Medersa  d’Alger.  Au  mois  de  juillet  éclatait  la  crise  au  MTLD   après  sa  scission  avec  le  PPA.  Cette  période  coïncidait  avec  le  début  des  vacances  scolaires.  Le  système  de  cloisonnement  des  cellules n’avait  pas  donné  la  possibilité  aux  21  lycéens  militants  de  se  concerter  pour  prendre  une  décision  sur  le  sort  de  leur  organisation  clandestine  durant  leurs  vacances   scolaires.

Le  Congrès  d’Hornu  avait  mis  au  grand  jour  la  crise  politique. Cela  avait   suscité  des  interrogations  chez  les  médersiens  qui  ne  voulaient  pas  s’engager auprès  de  l’un  des  02  camps  sans  une concertation  collective.  Dès  la  rentrée  scolaire,  Gaid  Tahar  et  Amara  Rachid  avaient  convoqué  l’ensemble  des  lycéens  qui  composaient  les  05  cellules.  La  surprise  était  de  taille  pour  ces  jeunes  militants.

Chacun a  pu  dévisager  ses  compagnons  qui  avaient  gardé  le  secret  de  leur  engagement  jusqu’à  cet  instant.  La  réunion  avait  eu  lieu  le  23  octobre  1954 exactement,   au  niveau  du  local  de  Lounici  situé  dans  la rue  Mahon dans  la  basse  Casbah  d’Alger.  Amara  Rachid  qui  présidait  la  réunion  avait  fait  le tour  de  table. Chaque  lycéen  s’était  exprimé  sur  la  situation  après  la  scission  du  PPA  et  du  MTLD.  Le  moment  était  venu  pour  les  lycéens  de  se  déterminer  et  se  positionner.  Les  membres  des  5  cellules  estimaient  que  les  phases  de  sensibilisation  et  de  l’organisation  avaient  été  achevées.  Il ne  restait  que  la  phase  action.  Cette  crise  avait  faussé  la  donne  selon les  jeunes  médersiens.

Gaid  Tahar ( 22 ans)  était  le plus  âgé au   sein de  cette  assistance  réunie clandestinement  à  la  Casbah d’Alger. Amara  Rachid était  âgé  de  20  ans.  L’âge du  reste  des  lycéens variait  entre 17 ans et 19 ans.  Dès  que  les interventions des  lycéens  sont  terminées  lors de  ce  tour  de  table,  Amara  Rachid  intervient  et  déclare, « je  vous  ai  écouté  sur  votre  position  à  la  suite  de  cette  malheureuse  scission dit-il, mais  il  est  de  mon  devoir  de  vous  annoncer  aujourd’hui  ajoute-t-il, que  les  gens   du  djebel   vous  disent  que  le  temps  de  la  politique  est  terminé », conclut  Amara  Rachid.

Les  lycéens  de  la  Médersa  d’Alger  étaient  surpris  par  l’intervention  inattendue  de  Amara  Rachid ; lui  qui  entretenait  des  contacts  avec  les responsables  dans  les  maquis et  les  formations  politiques ; d’autant  plus  qu’il   avait  utilisé ces  mots  nouveaux  pour  les  lycéens, « les  gens  du  djebel ».  Il  est  évident  que cette  intervention  avait  secoué  les  esprits  des  membres  des  05  cellules.  Amara  Rachid  lève  la  séance  de  travail  et  abandonne  ses  camarades  qui  sont  restés  dans  l’expectative.

Quand  la  Révolution  débute  le  1er  novembre  1954,  soit  une  semaine  après  la  réunion  clandestine  dans  le  local  de  Lounici, les  lycéens  d’Alger  avaient  pu  décrypter  le  message  de Amara  Rachid. Evidemment, les  jeunes  membres  des  05  cellules  de  l’organisation  clandestine  de  Gaid  Tahar  n’avaient  plus le  choix  entre  les  messalistes  et  les  centralistes. Le  chemin  était  tout  indiqué  pour  qu’ils  adhèrent  au   sein  du  FLN, dans  l’attente  de  l’arrivée  de  Abane  Ramdane  à  partir  du  mois  de  février  1955. Celui-ci  commence  à  entreprendre  des  actions  pour  insuffler  une  dynamique  nouvelle  à  la  Révolution  algérienne.

Il  fallait  coûte  que  coûte  mener  des  actions  militaires et  politiques  afin  de  promouvoir   la   Révolution   algérienne  et  lui  donner  des  élans  pour  lui  permettre  de  dépasser  les  frontières  du  pays,  tout  en  mobilisant  les  populations  locales  afin de  renforcer  les  capacités  du peuple algérien  à l’intérieur,  pour  résister   aux  attaques  des  forces  de  la  France  coloniale. Le  stratège  Abane  Ramdane  qui  voulait  réussir  ses  missions, avait  décidé  de  s’entourer  des  jeunes  intellectuels  algériens, indépendamment  des  liens  qu’il  avait  avec  les  baroudeurs  du   PPA/MTLD.

Amara  Rachid , Sâad  Dahlab,  Benyahia  Mohamed  Seddik ,  Lamine  Khane , Gaid  Tahar , Lounici , Saber , Taouti  Ahmed  faisaient  partie  de  cette  armada  de  jeunes  intellectuels  algériens  qui entouraient  Abane   Ramdane  durant  ces  moments.  Ils  constituaient  à  cette  époque  là,   de  véritables  valeurs  pour  la  Révolution. Abane  Ramdane  avait  confié  un  rôle  bien  précis  pour  chacun  d’eux, qu’ils  devront  accomplir  dans  sa  stratégie.  Notre  interlocuteur  Ghebalou  Hamimed  réaffirme  l’indiscutable  efficacité  de  Amara  Rachid.  L’encadrement  des  jeunes  autour  de  la  Révolution avait  alors  été  entamé. Au  mois  d’août  1955, une  opération  militaire  de  grande  envergure  avait  été  menée  par  l’un  des  héros  de  la  Révolution  dans  le nord  constantinois, Zighout  Youcef.

Cette  action  stratégique  avait  incité  Abane  Ramdane  à  une  profonde  réflexion  compte  de son  impact  militaire , politique , psychologique , tant  à  l’intérieur  qu’à  l’extérieur  du  pays.  Abane  Ramdane  avait  aussitôt  déduit  que  la  Révolution  algérienne  avait  besoin  de  telles  actions  stratégiques  pour  anéantir  le  colonialisme.  Zighout  Youef,  un  grand  chef  de  la  Révolution  avait  mûri  son projet  pour  l’exécuter  dans  le  temps  et  dans  l’espace  afin  de  pouvoir  arriver  à  des  résultats  qui  avaient  secoué  les  français.

Au  mois  d’octobre  1955, Abane  Ramdane  désigne  Amara  Rachid  et  Mezhoud  Brahim  pour  aller  à  la  rencontre  de  Zighout  Youcef, afin  de  s’enquérir  sur  les  tenants  et  les aboutissants  de  cette  opération  militaire  du mois  d’août  1955 , notamment  en  matière  de  préparation  de  la  logistique , des ressources  humaines  et  le  objectifs  à  atteindre.  A  leur  retour  de la  mission, Abane  Ramdane  ne  s’est  pas  contenté du compte  rendu  de  Amara  Rachid  et  Mezhoud   Brahim, il  voulait  comprendre  encore  d’autres  détails. Il  fait  appel  à  Mohamed  Seddik   Benyahia  et  Sâad  Dahlab  pour   les  envoyer  en mission  chez  Zighout  Youcef.

Le  2ème  compte  rendu  de  mission  lui  avait  été  remis  par  Benyahia  et  Dahlab.  Après  avoir  étudié  les  rapports  des  2  missions , Abane  Ramdane   avait  conclu  que  la  Révolution  algérienne  avait  un  besoin  imminent  d’une  autre  action  stratégique, afin  de  lui  donner  une  dimension  internationale  et   démonter  tous  les  arguments  mensongers  du  colonisateur  français. Abane  Ramdane ,  Benyahia  Mohamed  Seddik  et  Amara  Rachid  s’étaient  longuement  concerté  sur  la  réflexion  relative  à l’appel  d’une  grève  des  lycéens  et  des  étudiants , pour  aller  rejoindre  les  maquis  de  la  Révolution.

Ce  sera  la  seconde  action  stratégique  après  celle  de  Zighout  Youcef  dans  le  nord  constantinois.  Le  fait  le  plus  marquant, c’est  cette  volonté  d’un petit  groupe  de  lycéens  organisés  qui  étaient  prêts  à   abandonner  leurs  classes  pour  rejoindre  les  maquisards  qui  vivent  dans  les  conditions  difficiles. Une  préparation  psychologique  s’imposait.  La  France  était  déjà   une  puissance  coloniale  qui  s’était  montrée  impitoyable  à  tous  les  gestes entrepris  en faveur  du nationalisme.  Comment   mettre  en pratique  dans  le  secret  le  plus  absolu  cette  idée  relative  au  départ  des  lycéens  et  des  étudiants  vers  les  maquis ?  Abane  Ramdane , Mohamed  Seddik  Benyahia  et  Amara  Rachid  avaient  minutieusement  réfléchi  pour  réunir  les  conditions   de succès  à  cette  action  stratégique , en  jalonnant  leur  plan  suivant  des  étapes  précises.

Un  plan  qui  allait  mettre  la  Révolution  sur  orbite  dans  l’attente  d’autres  opéartions  de  grande  envergure. Dans  un  1er  temps,  il  fallait  demander  et  solliciter  les  lycéens  et  étudiants  volontaires et  procéder  ensuite  à  une  stricte  sélection  de  10  lycéens  selon  des  critères  que  seuls  Abane  Ramdane  et  Amara  Rachid  connaissaient.  Le  nombre  des  volontaires  dépassait  largement  le  chiffre  de  10. Les  non  retenus  dans  le  groupe  des  10  étaient  résolus  à  accepter  le  choix  de  Abane  Ramdane, le  stratège.  Amara  Rachid était  le  onzième  de  ce groupe  de  jeunes  lycéens  éclaireurs.

Ceux  qui  devaient  rejoindre  les  maquis  de  la wilaya III ( Kabylie, ndlr) s’appelaient  Lounici, Aouchiche  Omar,  Lamraoui   Ali ,  Lamraoui  Mahmoud  et  Mâabout  Hocine. Quant  à  Amara  Rachid , Saci  Boulefâa , Boudissa  et  Ghebalou  Hamimed , ils  étaient  affectés  à  la  wilaya  IV ( centre), avec  ce  groupe  de  Amara  Rachid,  il  faut  ajouter  3  jeunes  filles , Benmihoub  Meriem , Bâaziz  Houria  et  Fadhéla  Mesli.  Quant  à   Taouti  Ahmed  et  Zoulikha  Bekadour,  ils  avaient  rejoint  les  maquis  de l’oranie.  Enfin, pour  la  wilaya VI, seul  Saber  Mustapha  avait  été affecté.

Gaid  Tahar,  le  coordinateur  des  5  cellules  et  membre  fondateur  de  l’UGTA   avait  été  arrêté  et  emprisonné  par  les  forces  coloniales, ce  qui  explique  son  absence  parmi  ce  groupe  de  lycéens  éclaireurs.  Par  conséquent, l’Histoire  retiendra  selon  notre  interlocuteur, que  dans  1er  temps, un  groupe  composaient  de  04  lycéennes et  de  11  lycéens  avaient  rejoint  les  maquis bien  avant  l’appel  à  la  grève  du  19  mai  1956. Ce  n’était  pas  fortuit  si  Abane  Ramdane  avait  décidé  d’envoyer  en  éclaireurs  ce  groupe  de  lycéens  dans  les  maquis.

Les  responsables  de  l’ALN  avaient  observé  les  réactions  et  les  comportements  de  ces  jeunes  avec  les  maquisards. Ce  n’est  qu’après  avoir  été  assurés  par  le  succès  de  cette  1ère  mission, que  les  responsables  avaient  décidé  de  publier  le  communiqué appelant les  étudiants  et  les  lycéens  à  la  grève , une  action  stratégique  qui  avait  mis à l’actif  de  la  Révolution, car  il  ne  s’agit  plus  d’une  affaire  de  bandits  et  de  voyous , cette  fois-ci  c’est l’adhésion  des  intellectuels   à  la  Révolution.

Mais  comment  le  groupe  dans  lequel  se  trouvait  notre  interlocuteur (Ghebalou Hamimed, ndlr)  avait  été  envoyé  dans  les  maquis  de  la  wilaya IV ?  Les  4  lycéens  de  la  Médersa  d’Alger  qui  devait  rejoindre  les  maquis  de  la  wilaya  de  Blida  avaient  tenu  une  réunion  secrète  à  Alger  dans la  maison  de  leur  professeur  de  français, Mr. Malan.  Celui-ci  affichait  une  mine  de  quelqu’un  de  raciste  envers  les  arabes  dans  la  classe.  Il  n’avait  jamais  dévoilé  son   adhésion  à  la  cause  nationale  à  ses  élèves  auparavant.

Bien  entendu, cette  attitude  avait  surpris  les  jeunes  lycéens.  Après  avoir  terminé  leur  réunion , Amara  Rachid  et  ses  compagnons devaient  passer  la  nuit  ailleurs  selon  le  plan  de  Abane  Ramdane.  ils  avaient  rejoint  un  second  domicile  à  Alger  appartenant  à  un  autre  français,  il  s’agissait  de  Pierre  Coudre.  Abane  Ramdane  avait  rejoint  clandestinement  ce  groupe  de  4  lycéens  avant  leur  départ  vers  les  maquis.

Le  chauffeur  de  Abane  Ramdane  était  chargé  de  transporter  Amara  Rachid  et  ses  3  compagnons  depuis  Alger  jusqu’à  la  zaouïa  Louzana  qui  se  trouve  au  douar  de  Beni  Misra ,  à  proximité  de  Hammam  Melouane.  Le  groupe  des  4  lycéens  avait  été  chaleureusement  accueilli  par  les  responsables  de  l’ALN,  en l’occurrence  Ouamrane , Sadek  Dehiles , Benyoucef  Kritli  entres  autres.  Après  quelques  jours   passés  à  la  zaouia  Louzana , les  chefs  politico-militaires  avaient  demandé  à  Saci  Boulefâa  en  sa  qualité  de  Président  de  l’AJEMA  d’aller  vers  Alger  pour  reprendre  les  contacts  avec  les  lycéens  et    les  étudiants  en  grève,  pour  les  mobiliser  et  les  ramener  aux   maquis  de  Beni  Misra.

Le  maquisard  et  Président  de  l’AJMA , Boulefâa  Saci,  avait  réussi  sa  1ère mission.  En raison  de  son   succès,  une  seconde  mission  similaire  lui  avait  été  demandée.   Arrivé  à  Alger , Saci  Boulefâa  avait  été  intercepté  et  arrêté  par  les services  de  sécurité  français.  Il  n’en demeure  pas  moins  que  la  forte  présence  des  jeunes  filles  et  garçons  grévistes  (lycéens  et  des étudiants, ndlr) aura  métamorphosé  les  maquis  de  la  zaouia  Louzana. Ce  nouveau  élan  aura  donné  la  dimension  intellectuelle  à  la  Révolution  algérienne. Abane  Ramdane , Larbi Ben  M’hidi ,  Krim  Belkacem  et  bien  d’autres  responsables  de  la  Révolution  avaient  décidé  de  se  rallier  avec  cette  masse  de  jeunesse  qui  avait  volontairement  rejoint  les  maquis  de  l’ALN.

« La  zaouia  de  Louzana  était  devenue  une  véritable  université  populaire  à  ciel  ouvert », précise Ghebalou  Hamimed.  Des  conférences  sur  plusieurs  thèmes différents  étaient  animées  par  les  stratèges  de  la  Révolution.  Une 3ème  action  stratégique qui  allait  conforter la  dimension  universelle  du  combat  mené  par  le  peuple  algérien. Il  s’agit  de  la  tenue  du  congrès  de  la  Soummam  un  peu  plus  d’un  mois  environ après  la  mort  du  Chahid  Amara  Rachid.  En  effet ; le  mercredi  14  juillet  1956, l’armée  coloniale  avait  mobilisé  des  moyens  humains  et  matériels  gigantesques  pour  anéantir  tout  le  maquis  de  Beni-Misra.  Les  maquisards  et  les  chefs  politico-militaires  avertis  par  ce  piège  tendu  par  le  forces  des  sécurité  coloniales  s’étaient  dispersés.

Amara  Chahid  s’était  sacrifié  en  protégeant  la  fuite  des  chefs  historiques  et  certains   de  ses  camarades. Il  avait  tenu  tête  à  l’offensive  menée  par  l’adversaire  pendant  un  moment  jusqu’à  ce  qu’il  tombe  au  champ  d’honneur  ses  armes  dan  ses  mains.  Les  préparatifs  du  Congrès  de  la  Soummam  avaient  déjà  commencé, avec  l’implication  des  lycéens qui avaient  été  chargés  de  mener  des  missions  précises  par  les  responsables  politico-militaires  de  l’ALN.   Après  avoir  mené  avec  un  succès  retentissant  les  2  actions  stratégiques  ( 20  août  1955  et  19  mai  1956, ndlr)  après  le   déclenchement  de  la  Révolution  le  1er  novembre  1954 ; il  fallait  entreprendre  une  autre  action  stratégique  qui  consiste  à  recadrer  la  Révolution  dans  l’organisation  de  ses  structures  au  niveau  national  et  à  l’extérieur  du  pays.  Cela  s’était  traduit  par  la  tenue  du  Congrès  de  la  Soummam. Notre  interlocuteur  qui   était  plongé  dans  son   passé  a  tenu  à rappeler  dans  son  témoignage  le  rôle  des  lycéens  et  étudiants  grévistes  durant  la  guerre  de  libération  nationale  et  après  l’Indépendance  du  pays.

Ils  avaient  occupé  des  postes  de  responsabilité  au  niveau  militaire  et   militaire.  Notre  interlocuteur  estime  que  la  Révolution a  réussi  à  atteindre  sa  dimension  universelle  après  conçu  et  exécuté  ses  actions  stratégiques.  Le  devenir  après  l’Indépendance  des  lycéens  et  étudiants  grévistes  était   déjà   programmé  par  les  hautes  instances  de  la  Révolution. D’ailleurs  je  suis  en  possession  des  documents  authentiques  qui  confirment  ce  que  je  viens  de  vous  dévoiler  de  cette  vision  des  chefs  de  la  Révolution », nous  indique  Ghebalou  Hamimed.  Les  lycéens  et  étudiants  maquisards  devaient  s’imprégner  de  la  situation  sociale  des  populations  algériennes  durant  ses  années  difficiles  pour  étudier  les  solutions  aux problèmes  après  la  libération  du  pays.

Le  moudjahed   Ghebalou   Hamimed  rappelle  également  le  rôle  de  nombreux  algériens  d’origine  européenne  à  l’image  de  Pierre  Chaulet  pour  ne  citer  que  cet  exemple car, ils  sont  nombreux qui  avaient  des  liens  avec  la  Révolution  et  avaient  mené  des  missions  périlleuses  en dépit  des  risques  encourus  et  les  tortures  subies  par  l’armée  coloniale   française.  Le  19  mai  1956  est  une  date  qui  mérite  une  longue  réflexion  autour  de  sa  portée  dans  la  Révolution  et  l’impact  du ralliement  des  lycéens  et  des  étudiants  grévistes  vers  les  maquis  de  la  Révolution.  Au  mois  de  mai  2014 ;  il  reste  très  peu  de  survivants.  Parmi  eux,  certains  souffrent  en  silence  dans  l’indifférence  totale.  Ghebalou  Hamimed  commence  à  avoir  de  vertiges  qui  le  destabilisent  dès  le  début  du  crépuscule.  « Etes-vous  satisfait  de  mon  témoignage », nous  demande-t-il.   Nous  répondons  par  un  léger  sourire  avant  de  l’embarquer  dans notre  véhicule  pour  le  transporter  vers  son  domicile  à  Cherchell, qui  se  situe  dan  l’un  des  nombreux  bâtiments  des  logements  sociaux.

(M’hamed Houaoura,El-Watan du 18-05-2014)

AM

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.