Proche-Orient-Syrie : Les présidents Vladimir Poutine et Barack Obama s’accordent sur des contacts militaires

Les présidents américain et russe ont tenu leur premier entretien bilatéral depuis plus de deux ans. Ils ont approuvé le principe de discussions tactiques sur la Syrie entre les deux armées.

Vladimir Poutine et Barack Obama, contraints par la situation internationale de rouvrir le dialogue, ont approuvé lundi soir le principe de discussions tactiques entre leurs deux armées. L’objectif est d’éviter tout conflit lors d’éventuelles opérations en Syrie, a déclaré un responsable américain. «Nous avons beaucoup de choses à faire. (…) Il existe une opportunité d’œuvrer ensemble au règlement des problèmes», a dit le président russe au sortir de son entretien avec Barack Obama.

Le départ d’Assad

Les chefs de la diplomatie des deux pays vont poursuivre des discussions politiques. Le Pentagone s’occupera d’organiser des échanges entre officiers. Le président américain, dont le pays dirige depuis plus d’un an une coalition menant des frappes aériennes contre l’EI, a répété que le pays ne retrouverait jamais sa stabilité si Bachar al Assad devait conserver sa place de président.
Le président américain, qui s’est exprimé un peu avant Vladimir Poutine à la tribune de la 70e Assemblée générale de l’ONU, a indiqué que les États-Unis étaient «prêts à travailler avec toutes les nations, y compris la Russie et l’Iran», les deux principaux alliés de Damas, pour résoudre le conflit syrien.
Mais il a aussi réaffirmé que toute solution au conflit passait par le départ d’Assad, qu’il a qualifié de «tyran», une position également défendue par François Hollande.

«J’ai le plus grand respect pour mes homologues américain et français mais ils ne sont pas des ressortissants syriens et ne doivent donc pas être impliqués dans le choix des dirigeants d’un autre pays», a déclaré Vladimir Poutine lors d’une conférence de presse au siège des Nations unies à New York, après son entretien avec le président Obama.
La Russie n’exclut pas de participer avec les occidentaux à des opérations contre l’EI

Le chef du Kremlin a quant à lui prôné à la tribune de l’ONU la création d’une coalition élargie en Syrie pour lutter contre les «terroristes» et réaffirmé son soutien au régime de Bachar al Assad.
Vladimir Poutine a indiqué que la Russie n’excluait pas de participer avec les Occidentaux à des opérations militaires contre l’EI mandatées par les Nations unies. Il a en revanche exclu toute participation de la Russie à une opération terrestre contre le groupe djihadiste.

Selon un responsable américain, l’entretien d’une heure et demie avait été consacré pour moitié à la Syrie et pour l’autre à la situation en Ukraine, où la Russie est accusée par les États-Unis de soutenir l’insurrection séparatiste du Donbass.
Barack Obama a exprimé son inquiétude au sujet de l’application des accords de Minsk signés en février dernier, en particulier du projet séparatiste d’organiser prochainement des élections locales sans l’accord de Kiev.

(www.lefigaro.fr,Patrick Bèle,

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :